Par Jerome Mouillot

Un petit trip entre Essaouira et Bombay, ça vous tente? Huit ans qu’il faisait mijoter son voyage. Avec son deuxième opus ORIENTAL DEELIGHT, El Calife transbahute l’auditeur pour un tour de pousse pousse à travers l’Orient…jusqu’aux confins de l’Inde. Bien aidé par ses comparses rencontrés en cours de route, dont l’indéfectible Fred Wheeler à la guitare, l’ex-multi-instrumentiste des boukakes et batteur des Idées fait tourner les siennes sur un dance-floor des plus « transe-sexuel ». Résultat, un saisissant patchwork de sons électro ou les pulses entêtantes des gnawys Marocains côtoient les mélopées Bollywoodiennes et électrisées sans jamais dérailler d’un profond sillon de grooves. Et ça, pour une balade en pousse pousse, c’est un sacré tour de passe-passe. A noter l’excellent Al Fred, deuxième titre de l’album, dont le thème est plus addictif que…que quoi d’ailleurs?